Benoit DORE : « Je n’avais pas envie de faire l’année de trop »

Publié le 26.04.2019

Prendre LA décision. Un jour ou l’autre, c’est le moment. Pour Benoit DORE, c’était le moment. Après 11 ans de handball au niveau professionnel, le Morbihannais a décidé d’arrêter sa carrière à l’issue de cette saison : « Tu sais qu’à un moment donné, ta carrière va se terminer. Je n’avais pas envie de faire l’année de trop ». Souhaitant préparer son avenir de la meilleure des manières possibles, le numéro 35 des Irréductibles a choisi de dire stop. 

Petit regard dans le rétro et l’arrivée du hand dans la vie de Benoit à 7 ans, du côté de Lanester où il passe par toutes les catégories jusqu’à ses 17 ans. A 18 ans, il rejoint Cesson, alors pensionnaire de D2. « A l’époque, il n’y avait pas de centre de formation. J’ai donc continué mes études en même temps », rembobine Benoît. Après un IUT dans le Génie Civil et une Licence Pro conduite de travaux, il rentre chez Vinci à 21 ans tout en continuant le handball. A 24 ans, il signe son premier contrat pro avec Ivry pour une durée de deux ans « Ce sont des années extraordinaires au niveau handball comme au niveau de la vie dans le club », insiste-t-il. En 2010, l’ailier gauche revient à Cesson où il retrouve David CHRISTMANN, côtoyé auparavant avec le pôle espoir. 

Chez les jeunes en équipe de France, Benoit DORE a été appelé à quelques reprises notamment en espoirs où il côtoya Nikola KARABATIC, Luc ABALO ou encore Cédric SORHAINDO. 

Du Palais à la Glaz

Tant qu’à raccrocher, Benoit Doré avait au moins un souhait avant de dire stop : le souhait de jouer dans la grande salle, la fameuse dont il entendait parler depuis si longtemps. « Au pôle espoir, j’ai vu le Palais des Sports se construire et en pro j’ai pu voir la Glaz Arena sortir de terre, on pourrait presque dire que la boucle est bouclée », commente l’Irréductible Cessonnais. La vie de groupe et les résultats au rendez-vous « même si c’est un peu plus dur ces trois dernières années », lui ont donné l’envie de rester en Bretagne jusqu’au bout, avec désormais l’ambition « de partir fier et la tête haute ». 

Aujourd’hui, le choix de s’arrêter est fait avant qu’il ne soit trop tard. Quand on lui demande ce qu’il compte faire après, la réponse est claire « Je resterai dans la région ça c’est sûr. Je retournerai peut-être dans le bâtiment, c’est ma formation ». Et le milieu du sport ? « Ça dépend comment. Je n’ai pas envie de piquer la place de quelqu’un parce que je suis un ex-joueur professionnel ». 

Côté privé, son quotidien a toujours été compartimenté : « Je n’ai pas envie de ramener mon boulot à la maison, même quand c’est difficile. Dès que je rentre, je retrouve mes enfants et ça me fait penser à autre chose ». L’annonce à ses proches a été acceptée même si sa femme « est plus triste que lui-même de ce choix ». Joueur de hand et papa à la fois, Benoît est « content d’avoir pu jouer devant ses enfants » et il espère « qu’ils en garderont quelques souvenirs. » 

Le CRMHB d’hier, d’aujourd’hui mais aussi de demain adresse un grand Merci à « Bendo », véritable symbole du club, joueur combatif à l’état d’esprit irréprochable, de tous les combats depuis l’arrivée au plus haut niveau du club brétilien. Le mot de la fin, forcément, lui revient : « Je remercie le club qui m’a beaucoup apporté en tant que joueur et qu’homme. Je souhaite bon courage au club. Comme on dit ici, « Les murs ne bougent pas mais Cesson a réussi à faire bouger les murs ». Je pense que je reviendrais voir des matchs dès l’année prochaine avec plaisir mais avant, je compte bien tout donner pour laisser le club et les copains en LidlStarligue ». 

Stéphane Clémenceau, président du CRMHB : 
« Cette décision est sans aucun doute difficile à prendre, mais je considère que c’est une forme d’intelligence que d’être en capacité à le faire !! Benoit fera pour toujours partie de ce socle d’Irréductibles qui a construit l’histoire du Club à l’instar des Pierre LE MEUR , Romain BRIFFE , Jean Baptiste LAZ  et tant d’autres évidemment !! Je pense que Benoit est l’archétype du joueur cessonnais dans toutes ses valeurs de combat et d’abnégation qu’il a toujours exprimé au fil de toutes ces années passées sous nos couleurs. Ne parler que de cela serait réducteur, car Benoit fut avant tout un joueur talentueux qui eut la bonne idée de partir 2 ans à IVRY alors place forte du HANDBALL français avant de revenir « à la maison » et d’apporter toute son expérience acquise dans la région parisienne. Je lui souhaite le meilleur dans sa vie « d’après » et je n’ai d’ailleurs pas d’inquiétude quant à sa capacité à bien vivre ses nouveaux projets professionnels notamment, mais pas seulement car un garçon comme Benoit aura bien sûr toute sa place au CRMHB. Je serai à titre personnel très fier de pouvoir compter sur lui 
Kenavo Benoit et bon vent ! »

Benoit Doré en chiffres.
L’ailier gauche cessonnais a joué plus de 260 matchs en pro (Cesson et Ivry) avec un total de 606 buts marqués. Joueur au fort caractère, il aura au cumul reçu 240 minutes d’exclusions (120 fois deux minutes) et 74 avertissements, ce qui lui vaudra d’être disqualifié 5 fois. Lors de son retour à Cesson en 2010, il réalise là sa plus belle saison en inscrivant 98 buts (80% de réussite). C’est cette même année qu’il marquera le plus de buts lors d’un match : 11 (Montpellier-Cesson le 8 septembre 2010).