INTERVIEW JÉRÉMY SUTY

Publié le 21.11.2013

Jérémy Suty, demi-centre, nous parle de son retour après sa lourde blessure (fracture de la clavicule) et revient sur la défaite des cessonnais à Dijon et évoque les rencontres avant la trêve.

Absent depuis le début de saison, cela fait 3 matches que tu joues ; comment te sens-tu ?
C’est une reprise progressive à la compétition après 6 semaines d’arrêt total, puis 4 semaines de « ré-athlétisation ». Physiquement je me sens prêt ; maintenant il me reste encore pas mal de musculation et de rééducation à faire sur mon épaule avant de retrouver la pleine possession de mes moyens. Côté handball, les sensations reviennent petit à petit avec les minutes jouées par-ci par-là. Disons que je vois le bout du tunnel.

Vous venez de perdre face à Dijon, que vous a-t-il manqué sur l’ensemble de la rencontre ?
C’était un non-match tout simplement, une faillite collective. L’attaque n’a pas été aussi fluide que ces derniers temps, en défense nous manquions d’activité, de solidarité et d’agressivité. Je dirai que nous ne sommes jamais rentrés dans ce match. Malheureusement, nous avons été dominés et malgré tout, nous venons mourir à seulement un but. S’il faut en retenir du positif, ce sera ce dernier point.

Après le beau début de saison que vous faites, cette défaite face à Dijon est une contre performance, comment encaissez-vous cette défaite ?
Effectivement c’est une déception parce qu’il y avait la place de prendre les points. Maintenant attention à ne pas tout remettre en cause, il faut nous servir de cet échec pour rebondir, encore plus à domicile. C’est une alerte qui nous prouve que si nous ne sommes pas à 100% face à nos concurrents directs pour le maintien, nous irons au devant d’autres déconvenues. Nous avons perdu certes, de manière lamentable, mais nous en avons tous conscience ; apprenons de cet échec et nous serons encore plus forts. Il faut aller de l’avant.

Vous enchaînez 2 matches à domicile contre Ivry et Tremblay qui viennent de prendre des points importants. Cela vous met-il plus de pression ?
Non. Ca montre que ces deux équipes ont du talent et qu’elles ne finiront sans doute pas la saison à leur position actuelle. Nous savons que ce seront deux matches difficiles à négocier. Même chez nous, il faudra être prêt au combat, défendre avec beaucoup d’agressivité pour ne pas leur laisser la moindre chance d’espérer.

Quels sont les objectifs avant la trêve ?
Ils sont simples ; il reste 4 matches dont 3 à domicile contre des concurrents directs pour le maintien. L’objectif est de faire le plein à domicile, pour passer de bonnes fêtes de fin d’année. Le reste c’est du bonus sur lequel nous ne cracherons pas.