ZOOM : BENOÎT DORÉ PROLONGE 2 ANS

Publié le 25.11.2004

Benoît Doré a décidé de prolonger son aventure avec le Cesson Rennes Métropole HB et portera ainsi 2 années de plus les couleurs Rose et Bleu, l'occasion pour lui d'évoquer son choix, de revenir sur son parcours, sur le début de saison de l'équipe...

Tu viens de t’engager avec Cesson, pourquoi ce choix ?
J’avais très envie de rester à Cesson et de travailler dans la continuité. David Christmann m’avait parlé d’une prolongation de contrat la saison passée, mais avec son départ, cela ne s’était pas fait. Yérime m’a fait confiance et m’a permis de me réengager avec le club et j’en suis très heureux. Je reste donc cessonnais 2 ans de plus. Cesson est mon club ; nous y travaillons bien ; nous avons des résultats. Je suis très content de pouvoir participer à l’évolution du club.

Qu’est-ce qui a changé avec l’arrivée d'un nouvel entraîneur ?
Le fond de jeu reste semblable. Si nous avons encore beaucoup de choses à travailler en attaque, défensivement nous sommes bien ; cela a toujours été l’ADN de Cesson.
Après, il y a forcément une différence dans la vision du handball et dans le management, mais le groupe a bien su s’imprégner des changements. Le groupe reste dans une bonne dynamique.

Blessé depuis une semaine, quel regard portes-tu sur le match depuis les tribunes ?
C’est plus difficile d’être en tribunes que sur le banc. Lorsque je suis sur le banc, je suis impliqué, concentré puisque je peux rentrer à tout moment. A contrario, c’est très frustrant d’être dans les tribunes puisque je ne peux rien apporter à mes co-équipiers.
Par contre, je pense que cela permet de remarquer plus de choses ou de les voir de manière différente.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?
J’ai joué à Lanester de 7 à 17 ans. J’ai intégré le pôle espoir à Cesson, avec David Christmann, à 17 ans. Après avoir joué 6 ans en Pro D2, je suis parti à Ivry pour l’opportunité d’évoluer en D1. Puis je suis revenu à Cesson il y a 5 ans.

Comment es-tu arrivé au handball ?
Mon frère faisait du foot et dès que j’allais le voir jouer, j’avais froid… nous allions voir jouer un ami de mes parents au handball et à l’inverse du foot, il y faisait chaud et je voyais que l’on pouvait marquer plein de buts. A 7 ans, tout ça me paraissait beaucoup mieux.

Tu n’as jamais voulu faire un autre sport ?
Avant de débuter le handball, j’ai fait une tentative à la gym, mais cela n’a pas été concluant.

Quel est ton pire souvenir depuis que tu joues au Handball ?
Je pense que c’est l’année de notre relégation sportive, même si nous avons finalement été repêchés suite au dépôt de bilan de Saint-Cyr.

Quel est ton meilleur souvenir ?
Ce sont les quelques victoires à l’extérieur, face à Chambéry avec une équipe amoindrie, Montpellier l’année dernière, Saint-Raphaël quelques années de suite et Dunkerque en début de saison. Les victoires à l’extérieur ont toujours une petite saveur particulière, non pas qu’il est plus facile de gagner à domicile mais lorsque l’on gagne une grosse équipe, face à des spectateurs hostiles, c’est stimulant. Lorsque tu vas jouer à Montpellier, Chambéry…, dans ton esprit ce sont des matches de Gala, alors quand tu prends les 2 points, il y a un côté grisant.

Toi qui le connais bien, comment juges-tu l’évolution du club ?
Les gens sont les mêmes depuis que je suis arrivé, Gérard Jaffray, Jean-Pierre Bongard, Stéphane Clémenceau…. L’équipe dirigeante est restée la même et a su évoluer avec le temps. Elle a fait un énorme travail, sur le budget, la salle… Il y a eu une grosse évolution en 10 ans.
Le club s’est professionnalisé sans brûler les étapes, ce qui permet de garder une base saine au club et très certainement de conserver une ambiance familiale.

Peux-tu nous parler de l’action de parrainage lancée la semaine dernière ?
C’est une bonne chose car c’est une manière sympa de faire parler du club. Je pense que c’est une première, tous sports confondus, de pouvoir parrainer son joueur. J’espère que cela va fonctionner et que les gens vont nous soutenir… il ne faut pas hésiter à nous parrainer !!
Les gens peuvent également nous retrouver sur notre page facebook ; cela crée un petit challenge dans l’équipe pour savoir qui sera le plus suivi.